FVFL/VFDF

Supporting the Health of  Survivors of Family Violence  in Family Law Proceedings

Supporting the Health of Survivors of Family Violence in Family Law Proceedings

Introduction

Many family violence victims seek support through family court proceedings in order to find safety for themselves and their children but encounter many barriers along the way.  Some choose to represent themselves in court, while others have difficulty accessing legal representation that is aware of the impacts of family violence. These processes often lead to poor health due to stress, frustration, and trauma.   

This project, funded by the Public Health Agency of Canada, supports the establishment of five regional Communities of Practice through the  Alliance of Canadian Research Centres on Gender-based Violence.  These Communities of Practice comprised of  survivors of family violence, and representatives from the gender-based violence, health, and family law sectors will work together to:

• Enhance training opportunities for GBV specialists and Family law specialists to support trauma-informed practice.   

• Identify strategies for improved communication and awareness across sectors to support family violence survivors as they engage with the family law sector. 

 

 

About

This project is funded by the Public Health Agency of Canada and is designed to address the unique need of survivors of family violence within the family justice system. Canada’s research centres on violence against women will initiate, host and support a  Community of Practice (CoP)  comprised of family violence experts, survivors, family lawyers, researchers, mental health, and social service professionals.  

The overarching goal of the project is to  enhance support to survivors of violence  through the family law system by increasing opportunities for family law practitioners to have training, guidance and resources to support trauma-informed practice, and to improve coordination of services that will enhance the safety and wellbeing of all parties.   

Major goals for the project  (November 2020   November 2023)  

  1. Foster communication, collaboration and build relationship among experts from the family violence and family law sectors;   
  2. Develop and disseminate evidence-based guidance and resources to address issues crossing these areas of concern;  
  3. Provide learning opportunities to build capacity of practitioners in the field of violence prevention and family law;   
  4. Promote research and evaluation initiatives to examine effective strategies for helping victims, perpetrators and their children receive the interventions they need from family court proceedings;  
  5. Support sustained  knowledge mobilization  in the field.  

 

Deliverables  

  1. Develop guidance and information resources for dealing with COVID-19 and family violence victims involved in custody and access disputes that respect regional differences, and diverse realities.  
  2. Develop guidance and information resources on critical issues related to risk assessment, safety planning and risk management strategies for family violence victims in family court, critical issues related to risk assessment, safety planning and risk management strategies for family violence victims in family court.  
  3. Develop guidance and information resources on trauma-informed interventions for family violence victims in family court.  
  4. Regional and National webinars on issues around risk assessment and supervised access provided by team of legal and family violence experts together with survivor.  

 

Financial contribution from the Public Health Agency of Canada    

Public-Health-Agency-of-Canada-Logo

Project Team :    

Co-investigators    



Karla O’Regan     karla oregan photo
Dr.  O’Regan  is an Associate Professor of Criminology at St.Thomas University and a part-time lecturer in the Faculty of Law at UNB. A graduate of St. Thomas University, Karla has law degrees from the University of Toronto, Dalhousie University, and the London School of Economics. She is a member of the Law Society of Upper Canada and has worked for the Federal Department of Justice, Ontario’s Office of the Children’s Lawyer, and the private legal sector. Karla served as a Complaint Officer under St. Thomas University’s Harassment & Discrimination Policy for five years and chaired the University’s Research Ethics Board from 2014-2018. She acts as a project supervisor for Pro Bono Students Canada and is a (faculty-elected) member of St. Thomas University’s Board of Governors. Dr.  O’Regan also serves on the NBCC Research Ethics Board and has acted on a number of community and regional Boards of Directors, including the Fredericton SPCA, Dialogue NB, and the Maritime Provinces Higher Education Commission. She is currently working with the Fredericton Sexual Assault Centre and the Fredericton Police Force on a case audit of unfounded sexual assault files. Her book, Law & Consent: Contesting the Common Sense (Routledge) published in Spring 2019.


dominique bernier photoDominique Bernier
Dominique Bernier has been a member of the  Quebec  Bar since 2008 and  received her doctorate  form  the University of Ottawa in 2017. She is interested in alternatives and different paths in the Quebec justice system. Her doctoral studies focused on control practices and judicial system interventions for drug and alcohol users.     She is currently a professor in the Department of Legal Sciences at the University of Quebec in Montreal. Her research focuses on self-representation and access to justice, the recognition of domestic violence in family and criminal law, and the legal and non-legal issues of reporting violence against women.  



kendra nixon photoKendra Nixon  
Kendra Nixon is an associate professor in the Faculty of Social Work at the University of Manitoba. Dr. Nixon’s overarching research agenda focuses on gender-based violence, and has included research on intimate partner violence, children’s exposure to violence, mothering within the context of violence, domestic homicide, suicide and violence, and sexual exploitation. Dr. Nixon’s research has primarily focused on policies aimed at reducing violence, as well as institutional responses to intimate partner violence, including the child welfare and criminal justice systems. Dr. Nixon is also the Director of RESOLVE, a tri-prairie research network on family and gender-based violence. Dr. Nixon’s teaching interests include social welfare policy, policy analysis, and qualitative research.  


margaret jackson photoMargaret Jackson
Margaret Jackson is Professor Emerita in the School of Criminology and Director of the FREDA Centre at Simon Fraser University. She was principal investigator for a Federal Ministry of Justice study on child abuse. Other research areas of interest include criminal justice policy analysis, problem-solving courts, and most recently, bullying and cyberbullying. Margaret primarily focuses upon research issues related to domestic violence and its impacts on women and children.     




peter photo Peter Jaffe
Dr. Peter Jaffe is a psychologist, Professor, and the Academic Director of the Centre for Research and Education on Violence Against Women & Children in the Faculty of Education at Western University.  He has co-authored eleven books, 40 chapters and over 80 articles related to domestic violence, the impact of domestic violence on children, homicide prevention and the role of the criminal and family justice systems. For the past 30 years, he has presented workshops across the United States and Canada, as well as Australia, New Zealand, Costa Rica and Europe to various groups including judges, lawyers, health, mental health professionals and educators. Since 1999, he has been on faculty for the National Council of Juvenile & Family Court Judges in the US for judicial education programs entitled “Enhancing Judicial Skills in Domestic Violence Cases”. He was a founding member of Ontario's Chief Coroner’s Domestic Violence Death Review Committee. He has also been instrumental in developing violence prevention programs for schools. Together with David Wolfe, Claire Crooks and Ray Hughes, he helped in the development of “The Fourth R: Skills for Youth Relationships”, a school-based curriculum targeting multiple forms of violence, including bullying, dating violence and peer violence. The curriculum is being used in over 5,000 schools in Canada and the US.


katreena photo
Katreena Scott 
Katreena  Scott is a Psychologist, Professor and incoming Director of the Centre for Research and Education on Violence Against Women and Children at Western University. She held the  Canada Research Chair in Family Violence Prevention and Intervention between 2008 and 2018 . Dr. Scott leads an applied research program aimed at ending violence in family relationships, with specific expertise on addressing violence perpetration in men. The   Caring Dads  program that she developed is offered in in many sites across North American and Europe. She is a contributor to international networks including the  DV@Work  Network and the Safer Families Centre of Excellence. 

 
 

University partners    

cathy holtman photo

Cathy Holtmann 
Dr. Catherine  Holtmann is the Director of the Muriel McQueen Fergusson Centre for Family Violence Research (MMFC) and Associate Professor of Sociology at the University of New Brunswick in Fredericton. Her research program touches the areas of gender and religion, domestic violence, and immigrants. Locally  Cathy  is the principal investigator of the Muslim Family Safety Project in partnership with the Arab Cultural Centre, nationally she is a co-investigator with the Canadian Domestic Homicide Prevention Initiative with Vulnerable Populations and internationally she is a co-investigator on the project “Violence against Women Migrants and Refugees: Analyzing Causes and Effective Policy Response”.  Cathy  represents the MMFC on the Provincial Roundtable on Crime and Public Safety and served on the working group investigating Child Sexual Harm in the province.

     

genvieve photo

  • Genevieve Lessard  
    Geneviève Lessard, Ph.D. is an associate professor at the School of Social Work and Criminology, Laval University (Quebec, Canada). She is the scientific director of the RAIV ( Recherches   Appliquées  et  Interdisciplinaires  sur les  Violences   intimes familiales  et  structurelles ) and also of a Partnership Research Team on Intimate Partner Violence. Her work focuses on various forms of victimization experienced by children, including exposure to domestic violence, co - occurrence of intimate partner violence and child maltreatment as well as issues related to the collaboration between fields of practice concerned by family violence. She is also interested in maternity and paternity in domestic and family violence contexts and in the prevention of intergenerational transmission of violence .  

Click here to visit the Alliance website  

To learn more about the projects at each centre, click below            

RAIV logo freda logo UNB - University of New Brunswick logo Research and Education for Solutions to Violence and Abuse, University of Manitoba    Crevawc logo

Project Staff

robert photo

Robert Nonomura
Dr. Robert Nonomura is a Research Associate with the Centre For Research & Education on Violence Against Women & Children and a part-time Assistant Professor in the Department of Sociology at Western University.  He applies his background in critical sociology and social ethics to knowledge mobilization initiatives with the Learning Network and the Family Violence & Family Law project.  His research examines the social-structural factors impacting family and gender-based violence, with a particular focus on developing knowledge translation resources that address intersections of racism, colonialism, heteropatriarchy, and social class. 

Dr. Nonomura’s work also seeks to advance theory and methods for conducting trauma- and violence-informed research.  His recent publications in this area include the Grey report, “Toward a Trauma- and Violence-Informed Research Ethics Module: Critical Considerations and Recommendations,” and a co-authored chapter in the forthcoming Handbook of Social Inclusion, “Social Inclusion Through Trauma- and Violence-Informed Research: A Focus on Survivors of Violence.” 

His involvements in various community-based projects in the city of London, Ontario have included talks, symposia, and workshops addressing sexual violence, urban food politics, youth poverty, and the crisis of missing and murdered Indigenous women and girls. 

 

julie poon photo

Julie Poon
Julie Poon is the National Coordinator for the Domestic Homicide Prevention Initiative, working with Drs Myrna Dawson and Peter Jaffe. She received her PhD in Sociology at the University of Guelph working with Professor Myrna Dawson. Her dissertation research examined the experiences of women who have been court-mandated to attend Ontario’s Partner Assault Response intervention program to investigate how they interpret their use of force and whether such programs are able to address their lived realities with violence.




annalee photo

Anna-Lee Straatman
Anna-Lee is a Project Coordinator at CREVAWC. She coordinates the activities of this project as well as those of the Canadian Domestic Homicide Prevention Initiative with Vulnerable Populations and the Knowledge Hub. She has conducted interviews with hundreds of survivors of intimate partner violence and abuse experienced in residential schools by teachers, and clergy. She holds a Masters degree in Library and Information Science.  She has developed and conducted training for Victim Service agencies in southwestern Ontario.  She is co-editor of a book with Katreena Scott and Peter Jaffe – Preventing domestic homicides: Lessons learned from tragedies.  In her spare time, she enjoys working on the farm and doting on her grandchildren.

Community of Practice

Family Violence Family Law Community of Practice:

The Ontario-based Community of Practice is comprised of people working with representatives from the legal profession , service consumers,  and those who work with women and children who have experienced domestic violence, primarily from the London-Middlesex region.  

Family Violence Family Law Community of Practice:  


 

Abir Al Jamal photo Abir Al Jamal, BSW, MSW, RSW, is an international social worker with experience working with people impacted by war and violence. In Canada, she is a practitioner and Research Coordinator at the Muslim Resource Centre for Social Support and Integration. She is part of various research projects and her research is focused on Domestic Violence, risk assessments, and social issues that affect collectivist newcomers’ communities.

 

 

Dan Ashbourne photo Dr. Dan T. Ashbourne, Ph.D., C. Psych., AccFM is a Clinical Psychologist, registered in Ontario by the College of Psychologists (#2913) and Accredited Family Mediator (AccFM) by the Ontario Association for Family Mediation (#572-19). Since 2011, Dr. Ashbourne has been the Executive Director at the London Family Court Clinic (LFCC), in London, Ontario, Canada. This unique clinic provides mental health services to children and families involved with legal/clinical systems. Dr. Ashbourne provides assessments and consultations to the courts for the Youth in Conflict with the Law, Child Welfare and/or Parenting Plan Evaluations. He also provides consultation to the ADR-LINK referral service and for FASD Assessments. Dr. Ashbourne brings more than 30 years of clinical experience to LFCC. He has been a long-standing member of the Association of Family & Conciliation Courts (AFCC) and has been on the Board of Directors of the Ontario Chapter of AFCC for many years. Currently, Dr. Ashbourne also provides training to a wide range of professionals on various topics including trauma informed care, self-care for professionals, family relations for mediators in training, as well as interviewing children and reporting on the Voice of the Child.

Amanda Bruyns photo Amanda Bruyns studied Psychology at Western University. She has pursued a career in the Ministry of the Attorney General funded Supervised Access Program at Merrymount Family Support and Crisis Centre since 2003. She is currently a member of the London Coordinating Committee to End Women Abuse (LCCEWA) and Joint Laision Resource Committee.

Assisting families who are experiencing a high conflict separation or divorce and are having difficulties over custody and access arrangements continues to be a passion for Amanda. This passion contributes to her dedication to facilitating safe parenting time for children and parents.

Amanda enjoys time camping and on the beach with her family.

 

jennifer foster photo Jennifer Foster , prior to becoming a lawyer, Jennifer, who is married with two young adult children, led teams for over 15 years, marketing and raising funds for organizations, including Yale University, St. Joseph’s Health Care Foundation, and Western University. Because of her passion for helping others, particularly those who are marginalized, Jennifer left her successful career and pursued her dream of becoming a family lawyer. Jennifer opened her family law practice after working with a leading law firm in London. Jennifer provided family law services through Community Legal Services at Western University, coaching and training law students in family law, until she decided to focus on her practice full-time.

Jennifer continued to mentor and teach students through her role as an Adjunct Professor for the Family Law Externship and the foundational Family Law course at Western University. She continues to support her local and legal communities through her volunteer work with London Lawyers Feed the Hungry and Pro Bono Students Canada. While at law school, Jennifer received the J.G. McLeod–McSorley Scholarship in Family Law, the Brad Hodgson Civil Litigation Award, the Paul Bradley Prize in Real Estate Law and was also on the Dean’s Honour List. Jennifer was also the Head Student Supervisor at Community Legal Services and the Assistant Student Coordinator at Western’s Dispute Resolution Centre.

Originally from a coastal town in North Carolina, Jennifer has a soft spot for her childhood playground of sand and surf. When Jennifer is not dreaming of splashing in the waves of the Atlantic Ocean or searching for shells on its beaches, she is avidly reading historical fiction, legal or crime novels.

 

Dr. Kimberly Harris, Ph.D., C.Psych. is the Assistant Executive Director and a psychologist at the London Family Court Clinic (LFCC). Dr. Harris has a diverse workload that includes assessment, intervention, and alternative dispute resolution approaches for youth and families. Dr. Harris has been declared an expert witness in family and civil court matters. She also conducts training and program development on a variety of mental health and forensic issues including Voice of the Child. In addition to her leadership responsibilities at LFCC, Dr. Harris is the director of a multi-year project to support children and families with FASD, funded by the Ontario Trillium Foundation. Dr. Harris has provided leadership for a number of community collaborations related to high conflict custody disputes, FASD, and culturally responsible/collaborative assessment. Dr. Harris is currently on the Executive of the Association of Family and Conciliation Courts (AFCC), Ontario Chapter and is a member of the task force that developed the Ontario Parenting Plan Guide and Template. She mentors graduate students and has published research articles, a book chapter, and clinical guides related to family violence.

 

Tim Kelly photo Tim Kelly has a clinical practice focusing on working with men who have used violence and control in both intimate relationships and as fathers for over 30 years. He is the Executive Director of Changing Ways, a social service agency for men who abuse women in Ontario and Manager of the Family Violence Counseling Program at the Oxford County Children’s Aid society.

He is one of the co-developers and lead trainer for Caring Dads: Helping Fathers Value Their Children. Caring Dads is a group intervention program that focusses on the working with father who have harmed their children either directly or through exposing them to intimate partner violence.

Tim has spoken both nationally and internationally on issues related to violence against women and children and community collaborations. Much of his efforts have included engaging men to end violence against women and children. He has collaborated with researchers, women’s advocates and child protection leaders to develop programs and processes to engage and hold men who perpetrate gender- based violence responsible for their actions and systems accountable for change.

 

julie lee photo Julie Lee (she/her) , is a family law lawyer in London, Ontario. She graduated from Western Law in 1999, and subsequently clerked with the Honourable Mr Justice Frank Iacobucci at the Supreme Court of Canada. Since 2018, she has worked as Review Counsel at Western Law’s Community Legal Services (Family). In this role Julie supervises and collaborates with Western clinical law students offering family law representation to community clients. Prior to joining Western’s CLS, Julie was a sole practitioner with particular emphasis on the family law issues of parenting disputes; child protection, and as a panel member appointed to represent children with the Office of the Children’s Lawyer.

Before Julie’s legal education, she worked in the feminist anti-violence movement as an activist, educator and administrator. Julie is the former director of the Huron Women’s Shelter, the London Battered Women’s Advocacy Centre (then named), and a founding member of Huron’s Second Stage Housing. Julie’s activism has also included a longstanding commitment to achieving equity for the LGBT+ communities.

 

Najia Mahmud is a barrister and solicitor based in London, Ontario, where she lives with her husband and 2 children. She strives to provide professional, courteous and timely legal services in a culturally competent manner. After graduating from Western University’s Faculty of Law, Najia had the privilege of articling with Dr. Todd Weiler, who specializes in the field of investment treaty arbitration. After working with several small firms as an Associate with a focus on Family and Child Protection Law, Najia recently founded Mahmud Law with the goal of enhancing access to justice for underserved communities. She is especially passionate about ensuring the voices and best interests of those impacted by domestic violence are recognized and protected in the legal system. Najia proudly accepts Legal Aid Certificates for Family and Child Protection matters and is on the Advice Panel for domestic violence.

Najia is a member of the Middlesex Law Association, the Middlesex Family Law Association, the Ontario Association of Child Protection Lawyers, the International Commission of Jurists, the Canadian Civil Liberties Association and the Canadian Muslim Lawyers Association.

Najia has been on the board of the grass-roots, London-based community organization, Women & Politics, for the past 3 years.

 

Diane Meikle photo Diane Meikle was called to the Bar in 1981. Prior to joining Legal Aid Ontario (LAO) in May 1999, she was a partner at Jeffery Associates specializing in Family Law. Since joining Legal Aid she has been working in the Expanded Duty Counsel office in London. Diane is the Manager of Duty Counsel Services for Middlesex (Family), Oxford and Elgin (Criminal and Family). She assists unrepresented individuals in Family Court, providing summary advice, negotiation, preparing court documents for eligible clients and assisting them in court, and refers clients to other appropriate resources including mediation. She regularly assists clients who are survivors of family violence.

She participates on panels regarding access to justice issues and is a member of the Family Court Liaison/Resource Committee providing input on matters affecting self-represented parties in court. She was also on the Board of Directors for Merrymount Family Support and Crisis Centre for several years and is on the ADR-Link Advisory Committee promoting mediation in Children’s Aid matters.

Throughout this time she has been a resource for lawyers regarding procedural and other issues in family law. She also trained new lawyers and legal aid workers at LAO in family law and prepared instructive conference packages for unrepresented individuals to assist them with the court process. She also helped to promote the Family Law Project at the London courthouse through which she and her staff lawyers mentored Western Law students in the preparation of family court documents for eligible clients.

Najia has been on the board of the grass-roots, London-based community organization, Women & Politics, for the past 3 years.

 

Susan Schiedel photo Susan Schiedel , as a Service Director at the Children’s Aid Society of London and Middlesex, Susan’s Director portfolio includes oversight and responsibilities for the agency’s front-line Child Protection Investigation unit, Forensic Investigations, Intake Services, After Hours Services, and Privacy.

Susan is a member of the agency’s Executive Leadership team, co-chair of the CASLM Gay Straight Alliance, and is the CASLM-Police Liaison for CAS with our local Police Services.

Susan is an active member of several community committees and advisory groups and is current chair of the OACAS Provincial Duty to Report group. Susan is active as Director liaison for the CASLM Domestic Violence Network, an internal resource for CASLM staff and Supervisors focused on learning and enhanced work related to woman abuse.

Susan has worked at the Children’s Aid Society of London and Middlesex since 1996, following her graduation from King’s School of Social Work, UWO. Susan obtained her Master of Social Work degree from Wilfrid Laurier University in 1999. In January 2018 Susan completed the Schulich School of Business “Leading for Impact” training program.

Throughout Susan’s work in child welfare, the areas of child abuse/protection and woman abuse have often been the focus of her work. Attending enhanced training in these areas where possible, participating on the Middlesex and London Coordinating Committees to End Woman Abuse, attending training in ODARA, B-Safer, and other training/community events related to Woman Abuse.

Susan also worked as a Clinician with the Office of the Children’s Lawyer, in private clinical work, from 2011-2017. This afforded Susan enhanced opportunities for clinical work and assessments with children and families involved in custody-access matters.

Susan approaches child welfare service and her leadership role from a positive, solution focused lens, with emphasis on seeing the strengths, seeking support, advocacy, and an empathetic approach in all areas of her life. Susan is a strong ally for LGBTQ2S+, and continues to work towards continued learning, advocacy and awareness in areas of diversity, equity, and anti-oppressive practice.

Personally, Susan grew up in London Ontario and enjoys family time with her husband, their two daughters who attend King’s and Fanshawe, and their 2 dogs Charlie and Baxter.

 

Lainie Tessier photo Lainie Tessier is recent survivor of domestic violence, and through her journey, one overwhelming impetus is her desire share, recognizing that the themes in her narrative are similar to others, but we each have unique views and information that is worthy of illumination. She is particularly focused on advocating for systemic changes in how domestic violence is (inconsistently) defined in various Federal and Provincial laws, policies, and research and how those definitions impact survivors’ lives “on the ground” as it were. She believes that until a more equitable allocation of fiscal resources are invested in various aspects of VAW prevention and alleviation, and until there is mandated training for all Family legal system actors, women will continue to be retraumatized by the family and criminal court systems.

Lainie is the co-chair of the new Hamilton Chapter of womenatthecentre.

 

 

 

  Jaimie Torok has been an Ontario Public Servant for over eleven years, with previous work experience in Labour and Employee Relations, Human Resources and the legal environment.

She is the Joint Health and Safety Committee Co-Chair for her workplace for the past ten years, as well as a former Inclusion Council member, an Ontario Ministry Council focused on inclusion, diversity and accessibility in the workplace. She has also served as a Local Employee Relations Committee Member, a Corporate Green Team Member, Corporate Wellness and Engagement Committee Member, and Social and Community Charity Committee Member.

As a volunteer in her community, she is a current Big Sister with Big Brothers Big Sisters Sault Ste. Marie, since March of 2017, and a former Board member and volunteer for St. Vincent Place Men’s Shelter, Food Bank, Soup Kitchen and Thrift Store for approximately four years.

She is a mother of two amazing, intelligent and humorous boys who are the main inspiration for her core passion – to advocate for women and children as it relates to violence and abuse. Through her active advocacy membership with WomenatthecentrE, a non-profit organization that works to eradicate violence against women, women-identified, gender queer, 2-spirited and trans-identified people through personal, political and social advocacy, Jaimie is committed to utilizing her own experience as a survivor to work towards creating big change.

 

annalise trudell photo Dr. AnnaLise Trudell is a gender-equity consultant and the manager of Education, Training & Research at Anova, the women’s shelter and sexual assault centre in London Ontario. She brings extensive analysis of the causes and impacts of gender-based violence and of prevention programming through her doctoral and postdoctoral research at Western University. As Manager at Anova for over a decade, she has overseen the facilitation, curriculum development and evaluation of youth anti-violence programming and professional trainings. She is a seasoned public educator and facilitator with over 500 lectures and presentations engaging youth, professionals & post-secondary students through public education.

 

Kara Verberne photo Kara Verberne holds a Bachelors and Masters degree in Social Work from King’s University College at Western University. The majority of her career was dedicated to child and family mental health where she saw first-hand, the impact of family violence on child well-being, and worked to treat the many lasting impacts within the family system. In her current role as the lead Registered Social Worker in the Regional Sexual Assault and Domestic Violence Treatment Program of St. Joseph’s Health Care in London; Kara has the privilege of providing trauma-informed counselling for and walking beside survivors of sexual assault and intimate partner violence. Many of the individuals Kara’s supports are navigating the complexities of the family legal system while also working to heal from their experiences of violence.

Kara is committed to enhancing service coordination and collaboration between sectors serving individuals and families impacted by violence. She is passionate about trauma-informed care and believes that these practices are essential to engaging families in all systems.

 

Mathew Villeneuve photo Matthew Villeneuve. Associate Managing Partner at McKenzie Lake Lawyers LLP

“There are a lot of choices to be made in family law, but those choices should not be judged without an understanding of the reasons behind them. I want to help define those reasons and work towards achieving your goals.”

Before joining McKenzie Lake and accepting the role of Practice Group leader of the Family Law Department, Matthew Villeneuve spent many years practicing family law in London, Ontario. During this time, Matthew worked both as a partner in a full-service law firm and also at a boutique family law firm. Those opportunities allowed him to expand his knowledge as a family law lawyer and to continue to discover creative solutions to the challenges clients face.

Matthew takes pride in representing his clients with integrity and using his experience to effectively advocate on their behalf in the most efficient forum for their unique situations. Matthew regularly resolves matters through negotiation, mediation, and the litigation process. Matthew can assist clients with a wide range of issues particular to their family law concerns.

Named Associate Managing Partner in December 2020, Matthew will work alongside the Managing Partner leading the firm and its strategic initiatives. Prior to becoming a lawyer, Matthew completed an Honours Business Administration degree at the University of Windsor and then continued his studies both at the Institut De Formation Internationale in Rouen, France and the HEAO Arnhem International Business School in the Netherlands. Matthew’s business background has become an advantage he shares with his clients. Matthew’s spare time is occupied with hockey, golf and travelling.

Webinars

Previous Webinars 

Webinar April 29, 2021 

The Pandemic and Family Justice: Unequal Outcomes and Lack of Access to Justice

Webinar March 9, 2021

The Impact of COVID-19 on Ontario's Court Related Services for Survivors of Family Violence

Webinar December 15, 2020

Bridging the Gap Between the Needs of Survivors of Family Violence and the Realities of Family Court 


Self-Represented Litigants and Family Violence: Making a Difficult Experience Even Worse

Webinar Resources:

Presentation slides in English

Presentation slides in French

Family court is filled with self-represented litigants – up to 50% across Canada and closer to 80% in urban centres. Those SRLs include individuals asking for restraining orders (there is no disaggregated data in Ontario) as well as those experiencing family violence seeking custody, access, child support etc.  US research (Kercin, 2015) shows that the outcomes for this second group are significantly worse for those without representation, which matches NSRLP data on systemically less favourable outcomes for SRLs than represented litigants. While Canadian data suggests similar levels of self-representation among men and women, NSRLP suggests that the way that courts treat women is often markedly different and subject to judicial stereotypes (NSRLP, 2018). We also see some examples of process abuse by controlling male partners (for example, continual reopening of child support and access) which suggests a possible relationship with family violence.

The many difficulties of self-representation (including stereotyping and stigmatizing by lawyers and judges) are further exacerbated by the personal experiences of those living with family violence, who often feel further traumatized by their court experience. The level of understanding among members of the Bench of the systemic issues facing those living with family violence and/or in an ongoing controlling relationship appears to remain low. Recent Australian research on family violence and self-represented litigants (Mangman et al 2020) makes a number of recommendations for further assistance for and protection of SRLs experiencing intimate partner violence including a ban on cross-exam by an alleged perpetrator of a victim (in Canada this only applies to those under 18), enhanced court safety measures, and further calls for enhanced training for judges and lawyers.

Finally, even with legal representation there are innumerable issues for the survivors of family violence in undertaking both civil and criminal proceedings and the trauma that is raised. “Going Public: A Survivors Journey from Grioef to Acyion” (Macfarlane, 2020) sets out a series of recommendations for addressing the worst of these systemic problems inside the legal system.

julie-macfarlane.jpgJulie Macfarlane

Dr. Julie Macfarlane is Professor of Law and Distinguished University Professor at the University of Windsor. She has researched and written extensively on dispute resolution and in particular the role of lawyers. She is currently the Director of the National Self-Represented Litigants Research Project (www.representingyourselfcanada.com) and recently authored the book Going Public: A Survivor's Journey from Grief to Action is published by Between the Lines, Toronto.


mary-jo-nolan.jpgThe Honourable Mary Jo Nolan
The Honourable Mary Jo Nolan brings her skills, experience, knowledge and understanding from her years as a Justice of the Ontario Superior Court of Justice and as a Case Management Master in the Superior Court of Justice to her new role as a Mediator and Arbitrator of Family, Estate, and Civil matters.

While on the Court, Mary Jo was known for her fair and respectful dealing with Counsel and Litigants. She is widely respected for her skills in conflict resolution, identifying and narrowing issues, and assisting Counsel and their Clients to arrive at reasonable and cost-effective solutions.

Mary Jo's experience as a trial judge makes her uniquely qualified to arbitrate matters or issues which cannot be resolved through mediation.

lynda-c-templeton.jpgThe Honourable Lynda C. Templeton
1975:  B.A. (Hons)  French  (UWO)
1976:  B. Ed. (Queen’s University)
1981:  M.A. French (UWO)
1984:  LLB (UWO)
1986:  Call to the Bar in Ontario
1998:  Appointment to the Ontario Court (General Division) now the Superior Court of Justice)

I have taught French in the educational system at all levels from Kindergarten to second year university. I have also taught English as a Second language at the College level. As a lawyer, I worked for five years as a family law lawyer and seven years as an Assistant Crown Attorney in Hamilton. I was appointed to and sat in Brampton for three years before adopting my daughter from China and moving to London where I have presided until my retirement effective May 1, 2021.

malcom-bennett.jpgMalcolm Bennett LLB. AccFM. AccEM.
Bluewater Mediation

After retiring from his practice as a family law lawyer with McKenzie Lake LLP, Malcolm has continued his mediation and arbitration practice as Bluewater Mediation. He is an accredited family mediator and elder mediator with OAFM. He serves on the Board of Directors for OAFM.

 

 

julie-lee.jpgJulie Lee
Senior Family Lawyer at Millars Law

Julie Lee (she/her), is a family law lawyer in London, Ontario. She graduated from Western Law in 1999, and subsequently clerked with the Honourable Mr Justice Frank Iacobucci at the Supreme Court of Canada. Since 2018, she has worked as Review Counsel at Western Law’s Community Legal Services (Family). In this role Julie supervises and collaborates with Western clinical law students offering family law representation to community clients. Prior to joining Western’s CLS, Julie was a sole practitioner with particular emphasis on the family law issues of parenting disputes; child protection, and as a panel member appointed to represent children with the Office of the Children’s Lawyer.


The Pandemic and Family Justice: Unequal Outcomes and Lack of Access to Justice

This webinar took place on April 29, 2021 

This webinar shared developing knowledge from a research project examining the reduction in access to Ontario’s family justice system due to the COVID-19 pandemic. Findings from a survey of over 100 family justice professionals in Ontario highlight how the pandemic has affected families involved in the system. Certain groups including high conflict families, self-representing litigants, victims of intimate partner violence, children experiencing abuse and neglect, and families involved in the child welfare system have been disproportionately impacted by the reduction in family court access and related services since the onset of the pandemic. Innovative responses by family court and family justice professionals were discussed, along with recommendations for how these practices can be modified or adopted to better serve families involved in the family justice system. 

Webinar Resources:

Presentation slides in English
Presentation slides in French

Presenters

Claire Houston
Assistant Professor at the Faculty of Law, Western University

Rachel Birnbaum
Professor of Social Work at King’s University College, Western University

Nicholas Bala
Professor at the Faculty of Law, Queen’s University

 


The Impact of COVID-19 on Ontario's Court Related Services for Survivors of Family Violence

This webinar took place on March 9, 2020  

Click here to access the recording:

This webinar reviewed the impact of the pandemic in Ontario on survivors of family violence with a focus on access to specialized services. The presenters discussed the increase in violence and vulnerability of survivors as well as the challenges in accessing needed services. The pandemic has created significant barriers as well as some innovative service approaches. In particular, the webinar addressed services that often required as a part of family court proceedings such as supervised access, batterer intervention and parenting programs (PAR and Caring Dads), legal advice, counseling, and housing. 

 

Presenters:

Amanda Bruyns
Program Coordinator, Supervised Access Centre, Merrymount Children's Services, London, ON

Tim Kelly
Executive Director, Changing Ways, London, ON

Julie Lee
Family Law Review Counsel, Community Legal Services and Western Law, Western University, London, ON

Janet Mosher
Associate Professor, Osgoode Hall Law School, York University, Toronto, ON

AnnaLise Trudell
Manager of Education, Training & Research, Anova, London, ON

Read more about the presenters

 


Bridging the Gap between the needs of survivors of family violence and the realities of family court

This webinar took place on December 15, 2020  

Click here to access the recording:

 

This webinar addresses:

• Challenges survivors of family violence face when seeking safety and support in the family court.
• Barriers survivors face due to the nature of trauma they have suffered and the many demands of the adversarial system from a legal and psychological perspective. 
• How court-related professionals and the system can become trauma informed. 
• Promising practices.

Webinar Resources:

Presenters:

Pamela Cross
Feminist lawyer; a well-known and respected expert on violence against women and the law for her work as a researcher, writer, educator, and trainer. She works with women’s equality and violence against women organizations across Ontario.

Linda Baker
Dr. Linda Baker is a Psychologist, Adjunct Professor, and the Learning Director of the Centre for Research & Education on Violence Against Women & Children at Western University. 

Read more about the presenters

Responses to unanswered questions
Please note: where answers refer to provincial legislation, this is for Ontario. Each province and territory has its own system of family laws. While they are quite similar in most jurisdictions, they are not identical. The Divorce Act is a federal law that applies to people everywhere in Canada.

Bulletins

Family Violence and Family Law Community of Practice Bulletins

These newsletters focus on activities of the Ontario Community of Practice related to supporting the health of survivors of family violence in family law proceedings.

Issue No. 1 - Family Violence and Family Law Community of Practice Bulletin

February 2021

Click here to access the Bulletin

Briefs

Family Violence and Family Law  Briefs

The Family Violence Family Law Briefs series addresses issues related to Family Violence and Family Law. Topics include challenges to service provision in the context of a pandemic, self-representation, communication challenges across sectors, etc.   

Issue No. 1 - Supporting the health of survivors of family violence in family law proceedings 

February 2021

This brief provides an overview of current challenges confronting various legal professionals, mental health researchers, and family violence advocates who engage with family courts to support survivors who are navigating the system. While all sectors aim to achieve justice and healing, the institutional contexts in which they operate often lead to different problems when addressing family conflicts creating a sense of unfairness and frustration, and potential harm and/or re-traumatization for survivors of violence.  

Important insights and considerations from these perspectives are provided to deepen our collective understanding of the issues. This includes how the growing call for “trauma-informed” court proceedings might be met with the “trauma- and violence-informed” approaches developed within the gender-based violence and health sectors. In recognition of the fact that women and children are statistically overrepresented as victims of family violence, the brief discusses how a gendered, intersectional lens may help to contextualize the experiences of survivors who are engaged in the family court system. Lastly, the brief outlines the objectives of the Supporting the Health and Well- Being of Survivors of Family Violence in Family Law Proceedings project, and explains how a Community of Practice can provide fruitful opportunities for further cross-sector knowledge mobilization.

Click here to view the brief Issue No. 1

Issue No. 3 - Coercive Control and Family Law

May 2021

Coercive and controlling behaviour has been a focal point for emerging policies in family and criminal law in Canada. This issue of Family Violence & Family Law Briefs provides a primer on coercive control for legal, social service, and healthcare professionals who are supporting survivors of family violence in the family court system. 

This brief discusses: 

  • Key conceptual tenets of coercive control, including how this form of family violence differs from a more conventional “violent incident” model of abuse, and why gender is a relevant factor in understanding coercive control. 
  • Current legislation on the inclusion of coercive control into Canada’s Divorce Act and Criminal Code
  • Recommendations and future directions for addressing coercive control in family courts.

Click here to view this brief: Issue No. 3

Supporting the Health of  Survivors of Family Violence  in Family Law Proceedings

Contribuer à la santé des survivantes de violence familiale dans les procédures de droit de la famille

Introduction

De nombreuses victimes de violence familiale sollicitent l’aide des tribunaux de la famille pour assurer leur sécurité et celle de leurs enfants. Pourtant, de nombreux obstacles se dressent sur leur route. Certaines choisissent de se représenter elles-mêmes au tribunal, alors que d’autres ont de la difficulté à obtenir une aide juridique avertie des effets de la violence familiale. Ces procédures pèsent souvent lourd sur la santé, en raison du stress, de la frustration et des traumatismes qu’elles occasionnent. 

Ce projet, financé par l’Agence de la santé publique du Canada, prône l’établissement de cinq communautés de pratique régionales par l’entremise de l’Alliance des centres de recherche canadiens sur la violence basée sur le genre. Ces communautés de pratique, composées de survivant.e.s de la violence familiale, ainsi que de représentant.e.s des secteurs de la violence fondée sur le genre, de la santé et du droit de la famille, s’efforceront de :

  • accroître les possibilités de formation pour les spécialistes de la VFG et ceux du droit de la famille, en vue d’encourager la pratique tenant compte des traumatismes; et

  • relever des stratégies pour améliorer la communication et la sensibilisation entre les secteurs et, ainsi, mieux soutenir les survivant.e.s de violence familiale qui font appel aux tribunaux de la famille. 
 

 

 

À propos du projet

Ce projet est financé par l’Agence de santé publique du Canada et est conçu pour satisfaire le besoin unique des survivantes de violence familiale au sein du système de justice lié à la famille. Les centres de recherche sur la violence perpétrée contre les femmes au Canada créeront, hébergeront et viendront soutenir une  communauté de pratique ( CdP ) composée d’experts en matière de violence familiale, de survivantes, d’avocats en droit familial, de chercheurs, de professionnels du domaine de la santé mentale et de travailleurs sociaux.  
 
Le principal objectif du projet est d’ améliorer le soutien aux survivantes de violence  par l’intermédiaire du système de justice familiale en multipliant les occasions de formation, d’orientation et de ressources pour soutenir une pratique tenant compte des traumatismes pour les praticiens du droit de la famille, et pour améliorer la coordination des services, ce qui viendra rehausser la sécurité et le bien-être de toutes les personnes impliquées.  

Parmi les principaux objectifs du projet mentionnons  (de novembre 2020 à novembre 2023) 

  1. Favoriser la communication, la collaboration et la création de relations entre les experts des secteurs de la violence familiale et du droit de la famille;  
  2. Élaborer et communiquer des lignes directrices et des ressources fondées sur des bases factuelles dans le but de traiter les questions soulevées par ces sujets de préoccupation;  
    Offrir des occasions d’apprentissage visant à développer les compétences des praticiens dans les domaines de la prévention de la violence et du droit familial;   3
  3. Promouvoir des initiatives en ce qui a trait à la recherche et à l’évaluation afin d’explorer des stratégies efficaces visant à aider les victimes, les auteurs et leurs enfants à profiter des interventions dont ils ont besoin dans le cadre des procédures des tribunaux de la famille;  
  4. Soutenir une  mobilisation des connaissances  accrue dans le domaine.  

   

Avec l'appui de financier de

Public-Health-Agency-of-Canada-02.jpg

Livrables  

Lignes directrices et ressources d’information sur :  

  1. la façon de gérer la COVID-19 et les victimes de violence familiale impliquées dans des conflits concernant la garde et l’accès, et ce, tout en respectant les différences régionales et les diverses réalités;  
  2. les enjeux fondamentaux liés à l’évaluation des risques, la planification de la sécurité et les stratégies de gestion des risques pour les victimes de violence familiale devant les tribunaux de la famille;  
  3. les interventions tenant compte des traumatismes pour les victimes de violence familiale devant les tribunaux de la famille;  
  4. les webinaires régionaux et nationaux sur les questions soulevées par une communauté de pratique.  

 

Équipe de  projet :

Cochercheuses   


karla oregan photo
Karla O’Regan
Mme O'Regan est professeure agrégée de criminologie à l'Université St-Thomas et chargée de cours à temps partiel à la faculté de droit de l’Université du Nouveau-Brunswick. Diplômée de l'Université St-Thomas, Karla est également diplômée en droit de l’Université de Toronto, de l'Université Dalhousie et de la London School of Economics. Elle est membre du Barreau du Haut-Canada et a travaillé pour le ministère fédéral de la Justice, le Bureau de l'avocat des enfants de l'Ontario et le secteur juridique privé. Karla a été agente des plaintes dans le cadre de la politique sur le harcèlement et la discrimination de l'Université St-Thomas pendant cinq ans et a présidé le comité d'éthique de la recherche de l'Université de 2014 à 2018. Elle agit à titre de superviseure de projet pour Pro Bono Students Canada et est membre (élue par la faculté) du Conseil des gouverneurs de l'Université St-Thomas. Mme O'Regan siège également au Comité d'éthique de la recherche du CCNB et a siégé au sein de plusieurs conseils d'administration communautaires et régionaux, parmi lesquels la SPCA de Fredericton, Dialogue NB et la Commission de l'enseignement supérieur des provinces Maritimes. Elle travaille actuellement avec le Centre d'aide aux victimes d'agression sexuelle de Fredericton et la Force policière de Fredericton dans le cadre d’une vérification des dossiers d’allégations non fondées d'agression sexuelle. Son livre, « Law & Consent : Contesting the Common Sense » (Droit et consentement : à l’encontre du bon sens) (Routledge) a été publié au printemps 2019.


dominique bernier photoDominique Bernier
Dominique Bernier  est   membre  du Barreau du Québec  depuis  2008 et  elle   détient  un  doctorat  de  l'Université   d'Ottawa   depuis  2017. Elle  s’intéresse  aux alternatives et aux  parcours   différents  dans le  système   judiciaire   québécois Ses  études  doctorales   portaient  sur les pratiques de  contrôle  et les interventions du  système   judiciaire  pour les  usagers  de drogue et  d'alcool . Elle  est   actuellement   professeure  au Département des sciences  juridiques  de  l'Université  du Québec à Montréal.  Ses   recherches  portent  aussi  sur  l'auto-représentation  et  l'accès  la justice, la reconnaissance de la violence  conjugale  en droit familial et en droit  criminel  et sur les -  lieux   juridiques   ou  non - de  dénonciation  des  violences   faites  aux femmes.  


kendra nixon photoKendra Nixon  
Kendra  Nixon est professeure agrégée à la faculté de travail social de l'Université du Manitoba. Le programme de recherche global de Mme Nixon est axé sur la violence fondée sur le genre et comprend des recherches sur la violence conjugale, l'exposition des enfants à la violence, le maternage dans un contexte de violence, l'homicide familial, le suicide et la violence, et l'exploitation sexuelle. Ses recherches ont principalement porté sur les politiques visant à réduire la violence, ainsi que sur les réponses institutionnelles à la violence conjugale, y compris les systèmes de protection de l'enfance et de justice pénale. Mme Nixon est également directrice de RESOLVE, un réseau de recherche albertain, saskatchewanais et manitobain sur la violence familiale et sexiste. Les intérêts de Mme Nixon en matière d'enseignement comprennent la politique de bien-être social, l'analyse des politiques et la recherche qualitative.  


margaret jackson photoMargaret Jackson
Margaret Jackson est professeure émérite à l'école de criminologie et directrice du FREDA Centre à l'université Simon Fraser. Elle a été la chercheuse principale d'une étude du ministère fédéral de la Justice sur la maltraitance des enfants. Ses autres domaines de recherche comprennent l'analyse des politiques de justice pénale, les tribunaux spécialisés dans la résolution des problèmes et, plus récemment, l'intimidation et la cyberintimidation. Margaret se concentre principalement sur les questions de recherche liées à la violence familiale et ses effets sur les femmes et les enfants.      



Peter Jaffe peter photo
Le D r Peter Jaffe est psychologue, professeur et directeur de l’enseignement du Centre for Research and Education on Violence Against Women & Children à la Faculté d’éducation de la Western University.  Il a participé à la rédaction de 11 livres, 40 chapitres et plus de 80 articles portant sur la violence conjugale, les répercussions de la violence conjugale sur les enfants, la prévention des homicides et le rôle des systèmes de justice pénale et de droit familial.  Au cours des 30 dernières années, il a présenté des ateliers partout aux États-Unis et au Canada, mais aussi en Australie, en Nouvelle-Zélande, au Costa Rica et en Europe à différents groupes, incluant des juges, des avocats, des professionnels de la santé mentale et des éducateurs.  Depuis 1999, il est enseignant pour le National Council of Juvenile & Family Court Judges aux États-Unis pour le programme de formation des juges intitulé « Enhancing Judicial Skills in Domestic Violence Cases ». Il a été membre fondateur du Comité d’examen des décès dus à la violence familiale du Bureau du coroner en chef de l’Ontario. Il a également joué un rôle clé dans la création de programmes de prévention de la violence pour les écoles. De concert avec David Wolfe, Claire Crooks et Ray Hughes, il a contribué à l’élaboration du curriculum intitulé « The Four R: Skills for Youth Relationships » qui cible différentes formes de violence, incluant l’intimidation et la violence dans les fréquentations et entre les pairs. Le curriculum est utilisé dans plus de 5 000 écoles au Canada et aux États-Unis.



Katreena Scott katreena-headshot-20.png
Katreena Scott est psychologue, professeure et prochaine directrice du Centre for Research and Education on Violence Against Women and Children de la Western University. Elle a été détentrice de la  Chaire de recherche du Canada sur la prévention et l’intervention en matière de violence familiale   entre 2008 et 2018. La D re Scott est à la tête d’un programme de recherche appliquée visant à mettre un terme à la violence dans les relations familiales, avec une compétence particulière dans le traitement de la perpétration de la violence par des hommes.  Le programme  Caring Dads, qu’elle a mis sur pied, est offert sur plusieurs sites partout en Amérique du Nord et en Europe. Elle participe aux activités de réseaux internationaux, incluant le DV@Work Network et le Safer Families Centre of Research Excellence.
  

Partenaires universitaires 


cathy holtman photo

Cathy Holtmann 
Catherine Holtmann est directrice du Centre Muriel McQueen Fergusson pour la recherche sur la violence familiale (CMVF) et professeure agrégée de sociologie à l'Université du Nouveau-Brunswick à Fredericton. Son programme de recherche touche les domaines du genre et de la religion, de la violence familiale et des immigrants. À l'échelle locale, Cathy est la chercheuse principale du Muslim Family Safety Project en partenariat avec le Centre culturel arabe. À l'échelle nationale, elle est cochercheuse dans le cadre de l'Initiative canadienne sur la prévention des homicides familiaux au sein de populations vulnérables. À l'échelle internationale, elle est cochercheuse dans le cadre du projet « Violence against Women Migrants and Refugees: Analyzing Causes and Effective Policy Response » (La violence contre les femmes migrantes et réfugiées : Analyse des causes et réponse politique efficace). Cathy représente le MMFC à la Table ronde provinciale sur la criminalité et la sécurité publique et a fait partie du groupe de travail chargé d'enquêter sur les sévices sexuels infligés aux enfants dans la province.


genvieve photo Geneviève Lessard

 









Cliquez ici pour visiter le site Web d’Alliance

    RAIV logo freda logo UNB - University of New Brunswick logo Research and Education for Solutions to Violence and Abuse, University of Manitoba    Crevawc logo

   

Personnel du projet 

robert_photo-01.jpg Robert Nonomura
Robert Nonomura est associé de recherche au Centre for Research & Education on Violence Against Women & Children et professeur adjoint à temps partiel au département de sociologie de l'Université Western. Il met ses connaissances en sociologie critique et en éthique sociale au service d’initiatives de mobilisation des connaissances, dans le cadre du projet Violence familiale et droit de la famille du Learning Network. Ses recherches portent sur les facteurs socio-structurels influant sur la violence familiale et fondée sur le genre, et plus particulièrement sur le développement de ressources d'application des connaissances, dans le domaine où se chevauchent racisme, colonialisme, hétéropatriarcat et classe sociale.

Le travail de M. Nonomura vise également à faire progresser la théorie et les méthodes permettant de mener des recherches tenant compte des traumatismes et de la violence. Ses publications récentes dans ce domaine comprennent le rapport gris « Vers un module d'éthique de la recherche tenant compte des traumatismes et de la violence : considérations et recommandations », et un chapitre co-écrit dans l’ouvrage Handbook of Social Inclusion, « Social Inclusion Through Trauma- and Violence-Informed Research : A Focus on Survivors of Violence » (L'inclusion sociale grâce à la recherche tenant compte des traumatismes et de la violence : un regard sur les survivant.e.s de la violence).

Sa participation à divers projets communautaires dans la ville de London, en Ontario, a donné lieu à des conférences, des symposiums et des ateliers sur la violence fondée sur le genre, la politique alimentaire urbaine, la pauvreté des jeunes et la crise des femmes et des filles autochtones disparues et assassinées.



julie poon photo Julie Poon
Julie Poon est directrice de recherche au Centre for Research and Education on Violence Against Women and Children.  Elle collabore à divers projets de recherche, dont les plus récents sont le projet Contribuer à la santé des survivants de violence familiale, financé par l'Agence de la santé publique du Canada, et l’Initiative canadienne sur la prévention des homicides familiaux, financée par le Conseil de recherches en sciences humaines. Auparavant, elle a occupé le poste de coordonnatrice de la recherche dans le cadre d'un projet financé par Femmes et Égalité des genres Canada, qui consistait à effectuer une analyse environnementale des organismes de promotion de l'égalité en Ontario. Julie est titulaire d'un doctorat en sociologie de l'Université de Guelph; ses intérêts de recherche portent sur la violence à l’encontre des femmes et la violence conjugale.



annalee photo Anna-Lee Straatman
Anna-Lee est coordonnatrice de projet au CREVAWC. Elle coordonne les activités de ce projet ainsi que celles de la Canadian Domestic Homicide Prevention Initiative with Vulnerable Populations et du Centre de connaissances. Elle a mené des entrevues avec des centaines de survivantes de violence conjugale et de sévices subis dans les pensionnats par les enseignants et les membres du clergé. Elle détient une maîtrise en bibliothéconomie et sciences de l’information.  Elle a développé et donné de la formation pour les agences de service d’aide aux victimes du sud-ouest de l’Ontario.  Elle est corédactrice d’un livre avec Katreena Scott et Peter Jaffe intitulé – Preventing domestic homicides: Lessons learned from tragedies.  Dans ses temps libres, elle aime travailler à la ferme et s’occuper de ses petits-enfants.

 

Communauté de pratique

Communauté de pratique en matière de violence familiale et de droit de la famille:

La communauté de pratique basée en Ontario est composée de personnes travaillant avec des représentants de la profession juridique et d’autres travaillant avec des femmes et des enfants ayant subi de la violence familiale, principalement dans la région de London-Middlesex. 

Communauté de pratique en matière de violence familiale et de droit de la famille:    


 

Abir Al Jamal photo Abir Al Jamal,  B.S.Soc., M.S.S., travailleuse sociale autorisée, est une travailleuse sociale internationale avec de l’expérience de travail auprès de personnes affectées par la guerre et la violence. Au Canada, elle est praticienne et coordonnatrice de la recherche pour le Muslim Resource Centre for Social Support and Integration. Elle participe à plusieurs projets de recherche et ses activités de recherche se concentrent sur la violence familiale, les évaluations des risques et les enjeux sociaux qui ont des répercussions sur les communautés de nouveaux arrivants collectivistes.

 

 

 

Dan Ashbourne photo Dr. Dan T. Ashbourne, est un psychologue clinicien, agréé en Ontario par l’Ordre des psychologues de l’Ontario (nº 2913), et un médiateur familial agréé (Acc.FM.) par l’Association ontarienne de médiation familiale (nº 572-19). Depuis 2011, Dr Ashbourne agit à titre de directeur général pour la Clinique Judiciaire Familiale de London (CJFL) de London, Ontario, au Canada. Cette clinique unique offre des services liés à la santé mentale aux enfants et familles impliqués dans les systèmes juridiques/cliniques. Dr Ashbourne fournit des services d’examen et de consultation aux tribunaux pour les adolescents ayant des démêlés avec la justice, l’aide sociale à l’enfance et/ou les évaluations de plans parentaux. Il offre également des consultations au service de référence ADR-LINK et pour les évaluations en lien avec le trouble du spectre de l’alcoolisation fœtale (TSAF). Dr Ashbourne partage plus de 30 années d’expérience clinique avec la CJFL. Il est membre de longue date de l’Association of Family and Conciliation Courts (AFCC) et a siégé au conseil d’administration du chapitre ontarien de l’AFCC pendant de nombreuses années. À l’heure actuelle, Dr Ashbourne offre également de la formation à une vaste gamme de professionnels sur différents sujets, incluant les soins tenant compte des traumatismes, l’autogestion de la santé pour les professionnels, les relations familiales pour les médiateurs en formation, procède à des entrevues d’enfants et participe à la rédaction de rapports sur la parole de l’enfant.

Amanda Bruyns photo Amanda Bruyns a étudié la psychologie à la Western University. Depuis 2003, elle poursuit une carrière du côté du programme de visites surveillées, financé par le ministère du Procureur général, au Merrymount Family Support and Crisis Centre. Elle est actuellement membre du London Coordinating Committee to End Women Abuse (LCCEWA) et de son comité de liaison mixte des ressources.

Offrir de l’aide aux familles aux prises avec une séparation ou un divorce très conflictuel(le) qui éprouvent des difficultés à s’entendre en ce qui a trait à la garde des enfants et au droit de visite est depuis toujours une passion pour Amanda. Cette passion est ce qui nourrit son dévouement envers la promotion d’un temps de parentage sécuritaire à la fois pour les enfants et pour les parents.

Amanda aime passer du temps en camping et à la plage avec sa famille.

  


jennifer foster photo Jennifer Foster
, avant de devenir avocate, Jennifer, qui est mariée et mère de deux jeunes adultes, a été à la tête d’équipes pendant plus de 15 ans, s’occupant du marketing et des collectes de fonds pour des organisations, incluant la Yale University, St. Joseph’s Health Care Foundation et la Western University. Parce qu’elle a la passion d’aider les autres, tout particulièrement ceux qui sont marginalisés, Jennifer a mis de côté sa carrière florissante et a choisi de réaliser son rêve de devenir avocate en droit familial. Elle a ouvert son propre cabinet en droit familial après avoir travaillé au sein d’un cabinet d’avocats de premier plan à London. Jennifer offrait des services en droit familial par l’intermédiaire de la clinique de services juridiques communautaires de la Western University, accompagnant et formant des étudiants en droit en ce qui a trait au droit de la famille, et ce, jusqu’à ce qu’elle décide de mettre l’accent sur sa pratique à temps complet.

Elle a continué d’accompagner des étudiants et de leur enseigner à titre de professeure associée pour le stage externe en droit de la famille et le cours général en droit de la famille à la Western University. Elle continue de soutenir ses communautés locales et judiciaires grâce à son travail bénévole avec le programme London Lawyers Feed the Hungry et le Réseau national d’étudiant(e)s pro bono. Lorsqu’elle était étudiante à la faculté de droit, Jennifer a reçu la bourse J.G. McLeod-McSorley en droit de la famille, le prix Brad Hodgson Civil Litigation, le prix Paul Bradley en droit immobilier, et a également figuré au palmarès du doyen. Elle a aussi été superviseure en chef des étudiants à la clinique de services juridiques communautaires et coordonnatrice étudiante adjointe au centre pour la résolution des disputes de la Western’s University.

Originaire d’une ville côtière de la Caroline du Nord, Jennifer a un faible pour son terrain de jeu d’enfance où règnent le sable et le surf. Lorsque Jennifer ne rêve pas des vagues de l’océan Atlantique ou de partir à la recherche de coquillages sur les plages, elle est une avide lectrice de romans de fiction historiques, juridiques ou policiers.

 

Dr. Kimberly Harris,  Ph. D., C. Psych., est directrice administrative adjointe et psychologue à la Clinique Judiciaire Familiale de London (CJFL). La charge de travail de la Dre Harris est diversifiée : évaluation, intervention et approches alternatives en matière de résolution des conflits pour les jeunes et les familles. Dre Harris a été déclarée témoin experte dans des causes de droit de la famille et devant tribunal civil. Elle effectue également de la formation et de l’élaboration de programmes pour une grande variété de questions portant sur la santé mentale et la science médico-légale, incluant des rapports sur la parole de l’enfant. En plus de ses responsabilités de direction à la CJFL, Dre Harris est la directrice d’un projet pluriannuel visant à soutenir les enfants et les familles aux prises avec le TSAF, financé par la Fondation Trillium de l’Ontario. Dre Harris a fait preuve de leadership dans le cadre de plusieurs collaborations communautaires liées à des conflits aigus en matière de garde des enfants, le TSAF et des évaluations culturellement responsables/collaboratives. Elle siège actuellement au conseil de direction de l’Association of Family and Conciliation Courts (AFCC), chapitre ontarien, et est membre du groupe de travail qui a élaboré les guide et modèle de plans parentaux pour l’Ontario. Elle accompagne des étudiants de cycle supérieur et a publié des articles de recherche, un chapitre de livre et des guides cliniques sur la violence familiale.

 

Tim Kelly photo Tim Kelly travailleur social autorisé, a une clinique pratique qui met l’accent sur le travail auprès d’hommes qui ont fait usage de violence et de contrôle tant dans les relations intimes qu’en tant que pères, et ce, depuis plus de 30 ans. Il est le directeur général de Changing Ways, une agence de services sociaux pour les hommes qui maltraitent les femmes en Ontario, et directeur du Family Violence Counseling Program de la Children’s Aid Society du comté d’Oxford.

Il est l’un des codéveloppeurs et le formateur en chef du programme Caring Dads: Helping Fathers Value Their Children. Caring Dads est un programme d’intervention de groupe axé sur le travail auprès de pères qui ont causé préjudice à leurs enfants, que ce soit de façon directe ou en les exposant à des violences dans le cadre de relations intimes.

Tim s’est exprimé tant à l’échelle nationale qu’internationale sur des questions liées à la violence perpétrée contre les femmes et les enfants et sur des collaborations communautaires. La majeure partie de ses efforts est consacrée à l’engagement des hommes à cesser la violence commise envers les femmes et les enfants. Il a collaboré avec des chercheurs, des défenseurs des droits des femmes et des leaders en matière de protection de l’enfance afin de mettre sur pied des programmes et des processus visant à engager les hommes et à les tenir à la fois responsables de la violence qu’ils dirigent contre les femmes et de leurs actions; la responsabilisation des systèmes aux fins de changement est également visée.

 

julie lee photo Julie Lee (elle), est une avocate en droit de la famille à London, en Ontario. Elle a obtenu son diplôme de la Western Law en 1999, puis a été stagiaire auprès de Monsieur le Juge Frank Iacobucci à la Cour suprême du Canada. Depuis 2018, elle travaille comme conseillère juridique en matière de révision à la clinique de services juridiques communautaires (droit de la famille) de la Western Law’s. À ce titre, Julie supervise les étudiants en droit clinique de la Western offrant une représentation en droit de la famille aux clients communautaires, et collabore également avec ces derniers. Avant de joindre les rangs de la clinique de services juridiques communautaires de la Western, elle a été praticienne exerçant seule avec un accent particulier sur les questions de droit de la famille portant sur les litiges parentaux, la protection de l’enfance, et a agi à titre de panéliste nommée pour représenter les enfants de concert avec le Bureau de l’avocat des enfants.

Avant de commencer ses études en droit, Julie a œuvré avec le mouvement féministe de lutte contre la violence en tant qu’activiste, éducatrice et administratrice. Julie est l’ancienne directrice du Huron Women’s Shelter et du London Battered Women’s Advocacy Centre (ainsi nommé à l’époque); elle est également l’un des membres fondateurs du projet Second Stage Housing du Huron Women’s Shelter. Son activisme compte également un engagement de longue date envers l’atteinte de l’équité pour les communautés LGBT+.

 

Najia Mahmud est une avocate et procureure basée à London, en Ontario, où elle vit avec son mari et leurs deux enfants. Elle s’engage à offrir des services juridiques professionnels, courtois et opportuns, et ce, dans le respect des différences culturelles. Après avoir obtenu son diplôme de la faculté de droit de la Western University, Najia a eu la chance de faire un stage avec le Dr Todd Weiler, qui se spécialise dans le domaine des mécanismes d’arbitrage prévus par les traités d’investissement. Après avoir travaillé dans plusieurs petits cabinets à titre d’associée, principalement en ce qui a trait au droit de la famille et à la protection de l’enfance, elle a récemment fondé Mahmud Law avec l’objectif d’améliorer l’accès à la justice aux communautés sous-desservies. Elle tient tout particulièrement à s’assurer que les points de vue et les intérêts fondamentaux des personnes touchées par la violence familiale soient reconnus et protégés au sein du système juridique. Najia accepte fièrement les certificats d’aide juridique pour les questions liées au droit de la famille et à la protection de l’enfance et siège à un groupe consultatif sur la violence conjugale.

Najia est membre de la Middlesex Law Association, de la Middlesex Family Law Association, de l’Ontario Association of Child Protection Lawyers, de la Commission internationale de juristes, de l’Association canadienne des libertés civiles et de l’Association canadienne des avocats musulmans.

Elle siège également au conseil d’administration du populaire organisme communautaire Women & Politics, situé à London, depuis les trois dernières années.

 

Diane Meikle photo Diane Meikle a été admise au Barreau en 1981. Avant de grossir les rangs d’Aide juridique Ontario (AJO) en mai 1999, elle a été associée chez Jeffery Associates, un cabinet se spécialisant dans le droit de la famille. Depuis son arrivée à AJO, elle travaille au bureau du service élargi de l’avocat de service à London. Diane est la directrice des services de l’avocat de service pour Middlesex (droit de la famille), Oxford et Elgin (droit criminel et de la famille). Elle aide les individus non représentés devant les tribunaux de la famille en leur offrant des conseils sommaires, des services de négociation, en préparant des documents de procédure pour les clients admissibles et en aidant ces derniers devant les tribunaux; elle dirige aussi les clients vers d’autres ressources appropriées, incluant des services de médiation. Elle aide régulièrement les clientes qui sont des survivantes de violence familiale.

Elle participe à des panels sur les enjeux liés à l’accès à la justice et est membre du comité des agents de liaison/ressources en matière de droit de la famille qui offre des perspectives sur des enjeux touchant les parties non représentées devant les tribunaux. Elle a également fait partie du conseil d’administration du Merrymount Family Support and Crisis Centre pendant de nombreuses années; elle siège maintenant au comité consultatif d’ADR-Link, qui fait la promotion de la médiation dans les questions liées à la protection de l’enfance.

Pendant tout ce temps, elle a agi à titre de ressource pour les avocats pour des questions liées aux procédures ou à tout autre domaine du côté du droit de la famille. Elle a également formé de nouveaux avocats et travailleurs de l’aide juridique chez AJO en matière de droit de la famille et préparé des trousses de conférence pédagogiques pour les personnes non représentées afin de les aider tout au long du processus judiciaire. Elle a aussi contribué à faire la promotion du Family Law Project au palais de justice de London, projet dans le cadre duquel elle-même et ses avocats-conseils à l’interne ont accompagné des étudiants de la faculté de droit de la Western dans la préparation de documents traitant de droit de la famille pour les clients admissibles. 

 

Susan Schiedel photo Susan Schiedel , En tant que directrice de service de la Children’s Aid Society de London et Middlesex (CASLM), le portefeuille de direction de Susan inclut de la surveillance et des responsabilités pour l’unité Enquête en protection de l’enfance de première ligne de l’agence, l’unité Enquêtes médico-légales, l’unité Services d’accueil, l’unité Services après les heures normales et l’unité Vie privée.

Susan est membre de l’équipe de haute direction de l’agence, coprésidente de la Gay-Straight Alliance de la CASLM, et est agente de liaison entre la CASLM et les policiers pour la Société d’aide à l’enfance (SAE) avec nos services locaux de police.

Elle est une membre active de plusieurs comités et groupes consultatifs communautaires et est actuellement la présidente du groupe provincial Devoir de faire rapport de l’Association ontarienne de sociétés de l’aide à l’enfance (AOSAE). Susan est active à titre d’agente de liaison pour la direction pour le Domestic Violence Network de la CASLM, une ressource interne pour le personnel et les superviseurs de la CASLM qui met l’accent sur l’apprentissage et un effort accru consenti à tout ce qui concerne la violence faite aux femmes.

Elle travaille à la Children’s Aid Society of London and Middlesex depuis 1996, c’est-à-dire depuis l’obtention de son diplôme de la King’s School of Social Work, UWO. Susan a obtenu sa maîtrise en travail social de la Wilfrid Laurier University en 1999. En janvier 2018, Susan a complété le programme de formation « Leading for Impact » de la Schulich School of Business.

Tout au long de sa carrière du côté de l’aide sociale à l’enfance, les secteurs de la violence faite aux enfants/protection de l’enfance et de la violence faite aux femmes ont souvent été au centre de son travail. Elle a suivi de la formation plus poussée dans ces secteurs lorsque cela était possible, siégé aux comités de coordination de Middlesex et London pour mettre fin à la violence faite aux femmes, suivi de la formation en lien avec l’Évaluation du risque de violence familiale en Ontario (ERVFO) et B-SAFER, et elle a assisté à d’autres événements de formation/communautaires liés à la violence perpétrée envers les femmes.

Susan a également travaillé comme clinicienne avec le Bureau de l’avocat des enfants, sous la forme de travail clinique privé, de 2011 à 2017. Cette expérience lui a ouvert la porte à des possibilités élargies de travail clinique et d’évaluations auprès d’enfants et de familles aux prises avec des enjeux reliés à la garde et au droit de visite.

Susan aborde le service d’aide sociale à l’enfance et son rôle de leadership d’un angle positif et axé sur les solutions, le tout avec un accent mis sur la détermination des forces, la recherche de soutien, la défense des droits et une approche empathique dans tous les aspects de sa vie. Elle est une solide alliée de la communauté LGBTQ2S+, et continue de travailler dans une perspective d’apprentissage continu, de défense des droits et de sensibilisation dans les domaines de la diversité, de l’égalité et de la pratique anti-oppressive.

Sur le plan personnel, Susan a grandi à London, en Ontario, aime passer du temps en famille avec son mari, leurs deux filles (qui étudient à la King’s University et au Fanshawe College) et leurs deux chiens Charlie et Baxter.

 

Lainie Tessier photo Lainie Tessier est une survivante récente de violence conjugale : ce qui ressort le plus de son parcours, c’est son désir de partager et de reconnaître que bien que des aspects de son histoire puissent être semblables à ceux d’autres personnes, chacun à des points de vue et des informations uniques qui valent la peine d’être mis en lumière. Elle concentre plus particulièrement ses efforts à la revendication de changements systémiques en ce qui a trait non seulement à la façon dont la violence conjugale est définie (inégalement) dans différentes lois, politiques et recherches aux niveaux fédéral et provincial, mais également à la manière dont ces définitions affectent la vie des survivantes « sur le terrain ». Elle croit que jusqu’à ce qu’une répartition plus équitable des ressources fiscales soit réalisée du côté des différents aspects de la prévention et de la réduction de la violence faite aux femmes, et jusqu’à ce que de la formation obligatoire soit offerte à tous les acteurs du système du droit de la famille, les femmes continueront d’être traumatisées de nouveau par les systèmes du droit de la famille et criminel.

Lainie est coprésidente du nouveau chapitre hamiltonien du WomenatthecentrE.

 

 

  Jaimie Torok a été fonctionnaire au sein du gouvernement de l’Ontario pendant onze ans, avec une expérience de travail antérieure dans le domaine des relations de travail et avec les employés, des ressources humaines et au sein de l’environnement juridique.

Elle est coprésidente du comité mixte sur la santé et la sécurité au travail de son lieu de travail depuis les dix dernières années, a déjà été membre du comité sur l’inclusion, un comité ministériel du gouvernement de l’Ontario axé sur l’inclusion, la diversité et l’accessibilité dans le milieu de travail. Elle a également participé à titre de membre d’un comité local sur les relations avec les employés, de membre d’une équipe verte au sein de l’entreprise, de membre d’un comité sur le bien-être et l’engagement au sein de l’entreprise et de membre d’un comité sur les activités sociales et les organismes caritatifs communautaires.

En tant que bénévole dans sa communauté, elle est actuellement une grande sœur avec l’organisme Big Brothers Big Sisters de Sault St. Marie (depuis 2017); elle a anciennement siégé au conseil d’administration du St. Vincent Place Men’s Shelter, où elle a aussi été volontaire, et a fait du bénévolat dans une banque alimentaire, une soupe populaire et une friperie pendant environ quatre ans.

Elle est maman de deux garçons extraordinaires, intelligents et drôles qui sont la principale source d’inspiration de sa plus grande passion, c’est-à-dire la défense des femmes et des enfants en ce qui a trait à la violence et à la maltraitance. En participant activement aux activités de revendication du WomenatthecentrE, un organisme sans but lucratif qui œuvre à l’éradication de la violence perpétrée contre les femmes, les personnes s’identifiant comme des femmes, les personnes non conformistes sexuelles, bispirituelles et trans par la revendication personnelle, politique et sociale, Jaimie s’engage à utiliser sa propre expérience de survivante pour aller de l’avant vers la création d’un profond changement.

  

Kara Verberne photo Kara Verberne détient un baccalauréat et une maîtrise en travail social du King’s University College de la Western University. La majeure partie de sa carrière a été dédiée à la santé mentale des enfants et des familles; c’est d’ailleurs là qu’elle a constaté toutes les répercussions de la violence familiale sur le bien-être des enfants et qu’elle s’est efforcée de traiter les effets durables de celle-ci sur le système familial. À son poste actuel de travailleuse sociale autorisée en chef dans le cadre du Regional Sexual Assault and Domestic Violence Treatment Program de l’hôpital St. Joseph’s Health Care de London, Kara a le privilège d’offrir du soutien tenant compte des traumatismes aux survivantes d’agressions sexuelles et de violence conjugale et de pouvoir les accompagner. Plusieurs de ces personnes doivent apprivoiser toutes les complexités liées au système de droit de la famille, et ce, tout en travaillant également à guérir leurs expériences de violence.

Kara s’engage à améliorer la coordination des services et la collaboration entre les secteurs desservant les personnes et les familles affectées par la violence. Elle voue une passion pour les soins tenant compte des traumatismes et croit que ces pratiques sont essentielles à l’engagement des familles dans quelque système que ce soit.

 

Mathew Villeneuve photo Matthew Villeneuve. Associé directeur adjoint chez McKenzie Lake Lawyers LLP

« Plusieurs choix peuvent être faits dans le domaine du droit de la famille, mais ces choix ne doivent pas être jugés sans d’abord comprendre les raisons qui les motivent. Je veux contribuer à la définition de ces raisons et travailler à l’atteinte de vos objectifs. »

Avant de grossir les rangs de McKenzie Lake et d’accepter le rôle de chef du groupe de pratique du service du droit de la famille, Matthew Villeneuve a passé plusieurs années à pratiquer le droit de la famille à London, en Ontario. Au cours de cette période, il a travaillé à la fois à titre d’associé dans un cabinet juridique à service complet et dans un cabinet spécialisé dans le droit de la famille. Ces occasions lui ont permis d’accroître ses connaissances en tant qu’avocat en droit de la famille et de continuer à trouver des solutions créatives aux défis auxquels font face les clients.

Matthew est fier de représenter ses clients de façon intègre et d’user de son expérience pour les défendre efficacement et avec la plateforme la mieux adaptée à leurs situations uniques. Matthew règle normalement les différends par le concours de la négociation, de la médiation et du processus de recours judiciaires. Matthew peut aider des clients avec une vaste gamme de problèmes particuliers à leurs préoccupations en matière de droit de la famille.

Nommé associé directeur adjoint en décembre 2020, Matthew travaillera de concert avec l’associé directeur à la gestion du cabinet et à la réalisation de ses initiatives stratégiques. Avant de devenir avocat, Matthew a obtenu un baccalauréat spécialisé en administration des affaires de l’Université de Windsor, puis a poursuivi ses études à l’Institut de Formation Internationale de Rouen, en France, et à la HEAO Arnhem International Business School des Pays-Bas. Les antécédents professionnels de Matthew sont devenus un avantage qu’il partage avec ses clients. Dans ses temps libres, Matthew aime jouer au hockey, au golf, et voyager.

 

Les webinaires

Webinaires passés

Webinaire 29 avril 2021

La pandémie et la justice familiale : résultats inégaux et manque d’accès à la justice 

Webinaire 9 mars 2021

Les répercussions de la COVID-19 sur les services liés aux tribunaux de l’Ontario pour les survivantes de violence familiale

Webinaire 15 décembre 2020

Combler le fossé entre les besoins des survivantes de violence familiale et la réalité des tribunaux de la famille

 


 

Plaideurs non représentés et violence familiale : rendre une expérience difficile plus pénible encore

Ressources du webinaire :



Les tribunaux de la famille sont remplis de plaideurs se représentant eux-mêmes — dans une proportion allant jusqu’à 50 % à travers le Canada et de près de 80 % dans ses centres urbains. Ces plaideurs non représentés comprennent des personnes qui cherchent à obtenir des ordonnances de non-communication (il n’y a pas de données ventilées pour l’Ontario), ainsi que des personnes victimes de violence familiale demandant la garde des enfants, des droits de visite, une pension alimentaire pour leurs enfants, etc. Des recherches aux É.-U. (Kercin, 2015) montrent que les résultats obtenus par ce deuxième groupe en cour sont nettement plus mauvais pour ceux ou celles qui ne sont pas représentés par un avocat, ce qui correspond aux données du National Self-Represented Litigants Project (NSRLP) sur les aboutissements systématiquement moins favorables pour les plaideurs non représentés que pour les plaideurs représentés. Alors que les données au Canada indiqueraient des niveaux similaires d’autoreprésentation chez les hommes et les femmes, le NSRLP suggère que la façon dont les tribunaux traitent les femmes est souvent très différente et qu’elles sont sujettes à des stéréotypes sur la scène judiciaire (NSRLP, 2018). Nous constatons également qu’il y a quelques exemples d’abus de procédure de la part des partenaires masculins contrôlants (par exemple, la réouverture continuelle des conditions de la pension alimentaire pour les enfants et des droits de visite), ce qui laisse entrevoir un lien possible avec de la violence familiale.

Les nombreuses difficultés de l’autoreprésentation (y compris les stéréotypes et la stigmatisation par les avocats et les juges) sont exacerbées par les expériences personnelles des personnes vivant de la violence familiale — qui se sentent alors souvent encore plus traumatisées par leur expérience dans le système judiciaire. Le niveau de compréhension parmi les membres du Banc des enjeux systémiques auxquels sont confrontées les personnes vivant de la violence ou dans une relation de contrôle continu (ou les deux à la fois) semble rester assez peu élevé. Une recherche australienne récente sur la violence familiale et les plaideurs sans représentation (Mangman et al, 2020) fait un certain nombre de recommandations visant une assistance et une protection accrues des plaideurs et des plaideuses sans avocat subissant de la violence d’un partenaire intime, y compris d’interdire à un auteur présumé d’actes de violence de contre-interroger sa victime (au Canada, cela ne s’applique qu’aux personnes de moins de 18 ans), des mesures de sécurité renforcées dans les tribunaux et des appels supplémentaires à une meilleure formation pour les juges et les avocats.

Enfin, même avec la représentation juridique par un avocat, les survivantes de la violence familiale doivent faire face à d’innombrables problèmes liés aux procédures civiles et pénales et aux traumatismes qui en découlent. « Going Public : A Survivors Journey from Grief to Action » (Macfarlane, 2020) présente une série de recommandations pour s’attaquer aux pires de ces problèmes systémiques au sein de notre système juridique.

Présentateurs 

julie-macfarlane.jpgJulie Macfarlane,
directrice, Projet national sur les plaideurs non représentés et professeure émérite, Université de Windsor

La Dr Julie Macfarlane est professeure de droit et professeure émérite à l'Université de Windsor. Elle a effectué des recherches et a écrit de nombreux articles sur la résolution des conflits et en particulier, sur le rôle des avocats dans ce domaine. Elle est actuellement directrice du Projet national sur les plaideurs non représentés (National Self-Represented Litigants Research Project ou NSRLP) (www.representingyourselfcanada.com) et a récemment écrit un ouvrage sur le sujet intitulé Going Public : A Survivor's Journey from Grief to Action, publié par la maison d'édition Between the Lines à Toronto.

 

mary-jo-nolan.jpgL’Honorable Mary Jo Nolan

L'honorable Mary Jo Nolan met à profit à la fois ses compétences, son expérience, son bagage de connaissances et sa compréhension du domaine qu'elle a acquises au cours des années où elle a siégée comme juge à la Cour supérieure de justice de l'Ontario et maître de gestion des cas à la Cour supérieure de justice pour jouer un nouveau rôle de médiatrice et d'arbitre lors de litiges d'ordre familial, successoral et civil.

Lorsqu'elle siégeait à la Cour, Mary Jo était réputée pour entretenir des relations justes et respectueuses tant avec les avocats qu'avec les plaideurs. Elle est aussi très respectée pour ses compétences en matière de résolution de conflits, d'identification et de réduction des problèmes et d'aide aux avocats et à leurs clients afin de trouver des solutions raisonnables et viables.

L'expérience de Mary Jo en tant que juge de première instance la rend particulièrement compétente pour arbitrer des questions ou des problèmes ne pouvant être résolus par la seule médiation.



lynda-c-templeton.jpgL’Honorable Lynda C. Templeton

1975 : B.A., (avec distinction), études françaises (UWO)
1976 : B. Ed., (Université Queen's)
1981 : M.A., études françaises (UWO)
1984 : LLB (UWO)
1986 : Admission au Barreau de l'Ontario
1998 : Nomination à la Cour de l'Ontario (Division générale) (maintenant nommée Cour supérieure de justice de l'Ontario)

J'ai enseigné le français dans le système d'éducation à tous les échelons en Ontario, de la maternelle à la deuxième année de scolarité au primaire et j'ai donné des cours à l'université. J'ai également enseigné l'anglais comme langue seconde au niveau collégial.

En tant qu'avocate, j'ai travaillé pendant cinq ans comme avocate en droit de la famille et sept ans à titre de procureure adjointe de la Couronne à Hamilton en Ontario. J'ai été nommée juge et j'ai siégé à Brampton pendant trois ans avant d'adopter ma fille en Chine et de déménager à London en Ontario où j'ai œuvré comme juge jusqu'à ma retraite le 1er mai 2021.



julie-lee.jpgJulie Lee,
Avocat principal de la famille au Millars Law

Julie Lee Conseillère juridique en matière de révision du droit de la famille, Services juridiques communautaires de la Western University, Western University, London, ON Julie Lee (elle) est une avocate en droit de la famille à London, en Ontario. Elle a obtenu son diplôme de la Western Law en 1999, puis a été stagiaire auprès de Monsieur le Juge Frank Iacobucci à la Cour suprême du Canada. Depuis 2018, elle travaille comme conseillère juridique en matière de révision à la clinique de services juridiques communautaires (droit de la famille) de la Western Law’s. À ce titre, Julie supervise les étudiants en droit clinique de la Western offrant une représentation en droit de la famille aux clients communautaires, et collabore également avec ces derniers. Avant de joindre les rangs de la clinique de services juridiques communautaires de la Western, elle a été praticienne exerçant seule avec un accent particulier sur les questions de droit de la famille portant sur les litiges parentaux, la protection de l’enfance, et a agi à titre de panéliste nommée pour représenter les enfants de concert avec le Bureau de l’avocat des enfants.

malcom-bennett.jpgMalcolm Bennett LLB. AccFM, AccEM.
Bluewater Mediation 

Après avoir pris sa retraite en tant qu’avocat en droit de la famille du cabinet McKenzie Lake LLP, Malcolm Benneth a continué à exercer sa profession dans le cadre juridique de la médiation et de l’arbitrage avec sa firme Bluewater Mediation. C’est un médiateur de la famille agréé et un arbitre pour les personnes âgées accrédité auprès de l’OAFM (Ontario Association for Family Mediation). Il siège au conseil d’administration de l’OAFM.





La pandémie et la justice familiale : résultats inégaux et manque d’accès à la justice 

Ce webinaire a eu lieu le 29 avril 2021

Dans le cadre de cette conférence en ligne (webinaire), on a partagé le bagage de connaissances en évolution tiré d’un projet de recherche se penchant sur la diminution de l’accès au système de justice familiale de l’Ontario en raison de la pandémie de la COVID-19.  Les conclusions d’un sondage auprès de plus de 100 experts de la justice familiale en Ontario mettront en lumière comment la pandémie a touché les familles aux prises avec ce système. Certains groupes comprenant des familles vivant de graves conflits, des parties plaidant elles-mêmes leur cause, des victimes de violence de la part de partenaires intimes, des enfants victimes de violence et de négligence et des familles impliquées dans le système de bien-être à l’enfance ont toutes et tous subi des répercussions de manière disproportionnée de la réduction de l’accès aux tribunaux de la famille et aux services afférents depuis le début de cette pandémie. Des réponses novatrices des tribunaux de la famille et des experts en justice familiale ont été abordées, de même que des recommandations sur les façons dont ces pratiques peuvent être modifiées ou choisies afin de mieux venir en aide aux familles aux prises avec le système de justice familiale au pays. 

Ressources du webinaire :

Présentateurs

Claire Houston
Professeure adjointe à la faculté de droit de l’Université Western

Rachel Birnbaum
Professeure en travail social au King’s University College de l’Université Western

Nicholas Bala
Professeur de droit à l'Université Queen's


Les répercussions de la COVID-19 sur les services liés aux tribunaux de l’Ontario pour les survivantes de violence familiale

Ce webinaire a eu lieu le 9 mars 2021  

Cliquez ici pour accéder à l’enregistrement :



Ce webinaire examinera les répercussions de la pandémie en Ontario sur les survivantes de violence familiale avec un accent mis sur l’accès à des services spécialisés. Les présentateurs discuteront de l’augmentation de la violence pour les survivantes, et de la vulnérabilité de ces dernières, ainsi que des obstacles qui les empêchent d’accéder aux services nécessaires. La pandémie a créé des obstacles considérables ainsi que des approches novatrices en matière de service. Plus particulièrement, le webinaire traitera des services qui sont souvent requis dans le cadre des procédures des tribunaux de la famille, comme l’accès supervisé, l’intervention auprès des partenaires violents et les programmes de parentalité (PAR et Caring Dads), les avis juridiques, le counseling et l’hébergement.

Amanda Bruyns
Coordonnatrice des programmes, Centre d’accès supervisé, Services aux enfants de Merrymount, London, ON 

Tim Kelly
Directeur général, Changing Ways, London, ON

Julie Lee
Conseillère juridique en matière de révision du droit de la famille, Services juridiques communautaires de la Western University, Western University, London, ON

Janet Mosher
Professeure agrégée, Osgoode Hall Law School, York University, Toronto, ON

AnnaLise Trudell
Directrice de l’éducation, Formation et recherche, ANOVA, London, Ontario

Cliquez ici pour plus de renseignements

 


Combler le fossé entre les besoins des survivantes de violence familiale et la réalité des tribunaux de la famille

Ce webinaire a eu lieu le 15 décembre 2020.  

Cliquez ici pour accéder à l’enregistrement :

Ce webinaire a traité des sujets suivants

• Défis auxquels font face les survivantes de violence familiale dans leur recherche de sécurité et de soutien auprès des tribunaux de la famille;
• Obstacles auxquels font face les survivantes en raison de la nature du traumatisme qu’elles ont subi et des multiples demandes du système accusatoire des points de vue juridique et psychologique; 
• Façon dont les professionnels des tribunaux et le système judiciaire peuvent adopter une approche tenant compte des traumatismes; 
• Pratiques prometteuses.

Pamela Cross
Pamela Cross est une avocate féministe et une experte reconnue et respectée dans le domaine de la violence contre les femmes et du droit grâce à ses travaux à titre de chercheuse, écrivaine, enseignante et formatrice.

Linda Baker
La Dre Linda Baker est une psychologue, une professeure associée et la directrice de la formation du Centre for Research & Education on Violence Against Women & Children de la Western University.  

Cliquez ici pour plus de renseignements 

Réponses aux questions sans réponse
Veuillez noter : les réponses faisant référence à la législation provinciale sont pour l’Ontario. Chaque province et chaque territoire a son propre système de lois touchant le droit de la famille. Bien que celles-ci soient semblables dans la plupart des juridictions, elles ne sont pas identiques. La Loi sur le divorce est une loi fédérale qui s’applique aux personnes de partout au Canada.

   

Les bulletins

Bulletin de la communauté de pratique sur la violence familiale et le droit de la famille

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. 

Issue No. 1 - Bulletin de la communauté de pratique sur la violence familiale et le droit de la famille

février 2021

Cliquer ici pour télécharger le bulletin

Les mémoires

Mémoires sur la violence familiale et le droit de la famille

1er mémoire

février 2021

Ce mémoire passe en revue les défis que rencontrent présentement les professions juridiques, les chercheurs dans le domaine de la santé mentale et ceux qui traitent avec le système du droit de la famille pour aider les survivant.e.s de violence familiale qui doivent s’y orienter. Si tous les secteurs cherchent à obtenir justice et guérison, les contextes institutionnels dans lesquels ils opèrent génèrent souvent leur lot de problèmes : lorsqu’on tente de résoudre les conflits familiaux, il peut en effet se créer un sentiment d’injustice, de la frustration, ainsi qu’un risque de préjudice ou de nouveau traumatisme pour les survivant.e.s.

Ces points de vue et considérations sont mis en lumière pour approfondir la compréhension collective que nous avons de ces enjeux. Ceci comprend notamment dans quelle mesure la demande croissante de procédures judiciaires « tenant compte des traumatismes » pourrait être satisfaite grâce aux approches « tenant compte des traumatismes et de la violence » mises au point par les secteurs de la violence fondée sur le genre et de la santé. Compte tenu du fait que les femmes et les enfants sont statistiquement surreprésentés parmi les victimes de violence familiale, le mémoire examine en quoi l’adoption d’une approche genrée et intersectionnelle peut contribuer à contextualiser les expériences des survivant.e.s qui ont recours aux tribunaux de la famille. Enfin, le mémoire expose les objectifs du projet « Contribuer à la santé des survivantes de violence familiale dans les procédures de droit de la famille” et explique comment une communauté de pratique peut offrir une véritable chance de parvenir à une plus grande mobilisation intersectorielle des connaissances.

Cliquer ici pour télécharger le 1er mémoire

Le contrôle coercitif

3e mémoire

Mai 2021

Les comportements coercitifs et dominateurs ont été au centre des nouvelles politiques en matière de droit familial et pénal au Canada. Ce numéro des Mémoires sur la violence familiale et le droit de la famille fournit une introduction au contrôle coercitif pour les spécialistes du droit, des services sociaux et des soins de santé soutenant les survivant(e)s de la violence familiale dans les tribunaux de la famille. 

Ce dossier aborde : 

  • Les principes conceptuels clés du contrôle coercitif, y compris la manière dont cette forme de violence familiale diffère du modèle plus conventionnel de « l’incident violent », et pourquoi le sexe est un facteur pertinent pour comprendre le contrôle coercitif. 
  • La législation actuelle sur l’inclusion de la notion de contrôle coercitif dans la Loi sur le divorce et le Code criminel au Canada. 
  • Des recommandations et des conseils pour répondre au contrôle coercitif à l’avenir dans les tribunaux. 

 

Cliquer ici pour télécharger Numéro 3: Le contrôle coercitif